Le jardin est un carré tout trouvé pour planter des légumes, et garder une certaine autonomie alimentaire. Aujourd’hui, je vais vous parler de ces légumes oubliés qui ont fait la saveur des plats de nos arrières grand-mères. Délaissés jusqu’à en être oubliés, ils offrent pourtant de belles découvertes culinaires.

Le concombre lemon

Cette petite curiosité n’est rien de moins qu’un concombre dont l’apparence rappelle étrangement celle d’un agrume. Sa belle couleur jaune et sa forme arrondie en fait un légume qui a longtemps intrigué. Sa chair reste, pour sa part, blanchâtre. S’il peut être consommé cru, le concombre lemon peut aussi être très légèrement cuit. Dans un potager, la plante donnera très vite des fruits. La durée de fructification est également étendue, ce qui vous permettra d’en apprécier les vertus sur une bonne partie de l’année.

La batavia de Soissons

Cette race de salade est reconnaissable à sa couleur particulière : le vert profond de ses feuilles est rehaussé d’une teinte cuivrée qui est propre à cette catégorie de plantes. Elle constitue donc une alternative toute trouvée à la laitue classique, qui ne possède ni son croquant, ni sa résistance à la chaleur. La batavia de Soissons est aussi une plante qui fournit une sorte de pomme allongée, à l’aspect volumineux, mais légèrement compacte.

Le persil tubéreux

La forme de ce légume n’est pas sans rappeler celle de la carotte. Le persil tubéreux, qui peut aussi être appelé « persil à grosse racine », présente des racines dont l’épiderme est reconnaissable à sa couleur blanche. La forme cylindrique et allongée de ces dernières laisse entrevoir une chair très semblable à celle du céleri-rave. Sur ce légume, tout est comestible : ses feuilles se consomment crues, et sa chair peut parfaitement s’adapter à des plats crus ou cuits.

Le chervis

Le chervis est aussi un légume à racines. Celles-ci sont ramifiées, et intriguent par leur nombre. Avec un goût légèrement sucré, le chervis se prépare généralement en sauce, ou en gratin. Facile à cultiver, il est aussi connu pour son goût similaire à celui du panais. Cette racine tubéreuse intéresse non seulement par les possibilités de préparations qu’elle offre, mais aussi pour sa forte résistance aux maladies, au froid, et aux insectes. Elle ne demande ainsi que très peu de soin, et peut continuellement être récoltée d’octobre à mars.

La pomme de terre vitelotte

Cette pomme de terre est aussi connue sous le nom de « négresse ». Son nom lui vient de sa couleur tanguant entre le violet et le noir. Le légume offre une chair ferme que ses consommateurs apprécient. Cette fermeté, tout comme sa teinte violacée, restent après cuisson. Si elle ne se conserve pas plus de quelques semaines, elle remplace très bien les pommes de terre classiques, que ce soit dans une salade, ou sautée avec d’autres légumes. Sa saveur n’est pas ce qu’il y a de plus intéressant pour une soupe, tout comme sa consistance qui n’est pas adaptée aux potages.

Share.

Leave A Reply