Chaque génération est différente, avec ses points forts et ses points faibles. Nous allons tout d’abord voir quels sont les profils des générations x, y et z, puis discuter de la transmission du savoir au fil des décennies.

Génération X & Y

La génération X, c’est ceux qui sont nés entre 1965 et 1981, la génération sacrifiée, ceux qui ont subi la crise et le chômage, entre les baby boomers et les millenials, la génération X n’a pas eu une vie facile. Ce sont ceux qui ont la cinquantaine maintenant, qui ont travaillé dur pour leur carrière, leur famille et mettre leurs sous de côté. Ils ont grandi sans Internet et sont en général débrouillards et bricoleurs. Si vous avez besoin de quelqu’un qui sait manier le tournevis, c’est bien eux ! Ils ont donné naissance à la génération Y, ceux qui sont nés entre 1981 et 1995, aussi appelés digital natives car ils ont grandi avec le web, la télé et les ordis mais aussi avec les livres. Ils savent utiliser tout ce qui est numérique, sont des entrepreneurs créatifs et autodidactes, à la recherche d’une carrière qui leur procurera un sens d’accomplissement et de bien-être, pas uniquement la stabilité financière, contrairement à leurs parents. Faisant le pont entre X et Z, ils peuvent comprendre les deux côtés et s’adapter.

Génération Z

Puis enfin la génération Z, née entre 1995 et 2015, par de nombreux aspects similaires à la précédente mais différente dans son approche sociale, avec les réseaux et Internet au centre de leur vie. Pour eux, tout est possible avec le web et ils mettent toute leur confiance dans la technologie. Les membres de cette génération sont plus centrés sur le virtuel que le manuel, et pour cette raison, partager et échanger avec X et Y est crucial pour apprendre des choses de la vie quotidienne (même s’ils pourraient aussi l’apprendre via Youtube) et ensigner leurs savoirs aux générations précédentes.

Il est vrai que souvent c’est en termes de conflits que nous parlons de ces individus appartenant à des époques différentes, mais en réalité chacune a ses particularités qui peuvent être utiles aux autres, et capitaliser sur ces différences et le partage contribue à nous rendre tous plus forts. Transmettre sans juger et en voulant apprendre de l’autre également, c’est la clé d’un apprentissage réussi.

Share.

Leave A Reply